Les lendemains d’Halloween ou les maux hivernaux….


Les lendemains d’Halloween ou les maux hivernaux….

L’été est terminé et l’automne avec l’approche de l’hiver peut nous réserver quelques maux désagréables. C’est en cette période de temps froid et plus humide que les virus sont les plus nombreux dans l’air. Si vous avez passé votre soirée d’hier à l’extérieur pour Halloween, vous risquez d’être exposé à l’une des pathologies suivantes:

Refroidissement

Le refroidissement est une infection du tractus respiratoire supérieur, touchant le nez et la gorge et quipeut être causé par plus de 200 types de virus différents.

Au début du refroidissement on observe une sensation de malaise, de fatigue, de frissons (caractéristique de la fièvre qui commence à monter). Ensuite, il peut apparaître des maux de gorge, une pharyngite, un rhume, de la fièvre, parfois de légères courbatures, des maux de tête et en général après quelques jours une toux sèche qui se transformera généralement à la fin du refroidissement en une toux grasse.

En cas de refroidissement, il est important de bien s’hydrater, en buvant du thé par exemple que l’on peut additionner de miel pour soulager la gorge. On peut également essayer de faire tomber la fièvre par la prise de paracétamol. Ce dernier est utile également en cas de douleur.

Traitement

·         Il existe des médicaments comprenant une association de plusieurs principes actifs. Il faut être attentif à leur usage et éviter un surdosage si l’on prend aussi une des substances séparément (comme le paracétamol).

·         En phytothérapie, l’échinacée est la plante qui renforce le système immunitaire la plus connue. Elle augmente les défenses immunitaires et possède des propriétés anti-inflammatoires, antivirales et antibactériennes. Certaines huiles essentielles à activité antibactérienne, antivirale et antalgique peuvent être conseillées : l’origan, le thym à thymol et le tea-tree. 

Mal de gorge

La prise en charge du mal de gorgeà l’officine doit se limiter à l’adulte et enfant de plus de 6 ans, en l’absence de fièvre ou <38 °, et face à des symptômes récents, sans signe de gravité.

Traitement

·         Son traitement allopathique consiste en paracétamol, en acide acétylsalicylique et en ibuprofène pour combattre la douleur et la température. L’ibuprofène a également une action contre les phénomènes inflammatoires accompagnant le mal de gorge.

·         Son traitement local consiste en sprays ou pastilles d’efficacité comparable. Ils associent plusieurs principes actifs : anesthésique et/ou antiseptique, antibiotique et anti-inflammatoire.

·         En phytothérapie, les plantes à mucilage (mauve, guimauve, plantain) confèrent une action adoucissante. Certaines plantes comme l’origan, le thym, le pin sylvestre ont une action antiseptique par leur huile essentielle. L’erysimum et la phytolaque sont utilisées contre l’enrouement ou l’aphonie.

·         En homéopathie, Belladona, Mercurius solubilis, Apis melifica et Phytolacca sont les souches utilisées pour le mal de gorge.

La Rhinite

La rhinite désigne une maladie inflammatoire de la muqueuse nasale qui provoque un écoulement nasal accompagné de symptômes divers (démangeaisons, éternuements). La rhinite aiguë est le plus souvent de courte durée et associe œdème et congestion de la muqueuse nasale (accumulation de sang dans les vaisseaux qui augmentent de volume). Elle se traduit par un écoulement et une obstruction des narines. La rhinite infectieuse présente généralement ces symptômes. La rhinite chronique se prolonge sur plus de trois mois et est souvent la suite d’une rhinite aiguë. Fréquemment il s’agit d’une rhinite allergique.

Traitement

·         Le premier geste du traitement de la rhinite virale est le lavage du nez (avec du sérum physiologique, un spray d’eau de mer, …) pour évacuer les sécrétions et les virus.

·         En allopathie, les vasoconstricteurs oraux ou nasaux à effet décongestionnant ne peuvent être utilisés plus de dix jours et doivent être utilisés avec précautions étant donné leurs effets secondaires et interactions.

·         En phytothérapie, le thym, les fleurs de sureau noir et l’échinacée sont des plantes reconnues pour traiter le rhume.

·         En aromathérapie, les huiles essentielles d’eucalyptus, de niaouli, de lavande, de pin sylvestre, de ravintsara et de thym ont un pouvoir antiviral reconnu.

·         En homéopathie, Allium Cepa, Kalium Bichromicum, Rumex Crispus, Nux vomica sont des souches habituellement utilisées pour traiter le rhume.

La toux

La toux est un réflexe naturel permettant d’expulser des sécrétions bronchiques anormales ou des corps étrangers irritant ou obstruant les voies respiratoires. Elle peut être sèche ou grasse.

La toux sèche se traduit par une irritation des voies respiratoires. Elle ne produit pas de sécrétions, est souvent pénible et fatigante car survient fréquemment la nuit. Elle peut entraîner des complications telles qu’ insomnies, vomissements ou incontinence. 

La toux grasse est une toux permettant la remontée des sécrétions qui résulte de l’encombrement des voies respiratoires. Elle est « productive » et s’accompagne de crachats. Elle est donc un mécanisme de défense de l’organisme et agit comme un drainage des voies aériennes. Elle ne peut être supprimée. 

Traitement Toux sèche

·         La toux sèche est traitée, en allopathie, lorsque la cause est identifiée, par un  antitussif qui peut se présenter sous forme de sirop ou de comprimé à avaler ou à sucer. Le traitement est conseillé pour un temps limité et en tenant compte des effets secondaires du médicament et des interactions médicamenteuses. 

·         En phytothérapie, certaines plantes sont reconnues pour leur action antitussive : le lierre, le drosera, la mauve, le thym et le plantain.

·         En homéopathie, en fonction des symptômes associés à la toux, certaines souches semblent avoir démontré une amélioration clinique: Aconitum napellus, Bryonia, Belladona et Spongia. 

Traitement Toux sèche

·         La toux grasse se traite, en allopathie, par un traitement symptomatique dont l’objectif est de faciliter l’expectoration. . Les principales molécules utilisées pour fluidifier sont l’acétylcystéine, la carbocistéïne, la bromhexine, l’ambroxol et la guaifénésine.

·         En phytothérapie, certaines plantes peuvent être conseillées pour la toux grasse: la primevère, le polygala et le grindélia. 

·         En homéopathie, en fonction des symptômes associés à la toux, certaines souches peuvent être utilisées: Ipeca, Mercurius solubilis et Pulsatilla.

A chacun son traitement pour passer ce cap saisonnier hivernal….