Les compléments nutritionnels pour enfants : est-ce vraiment nécessaire ?

Compléments alimentaires pour enfants :

Près de 6 % des enfants et adolescents prennent des compléments alimentaires pour favoriser la croissance, renforcer les défenses immunitaires, améliorer la concentration et la mémoire, …Est-ce une bonne idée?

Gomme à mâcher, berlingot à aspirer, comprimé à sucer, sirop à boire…Les compléments alimentaires destinés aux enfants sont nombreux et leurs présentations variées pour répondre à tous les goûts! Et il est tentant, pour un parent soucieux d’équilibre nutritionnel, de piocher dedans quand son enfant picore à peine au dîner, ne mange rien à la cantine, ou même quand il a du mal à se concentrer en classe. Mais ce n’est pas le premier réflexe à adopter!

De petites adjonctions en vitamines et minéraux suffisent chez l’enfant en bonne santé, explique le pédiatre.

Compléments alimentaires : seule la vitamine D est prescrite systématiquement

La vitamine D, nécessaire à l’absorption et à la fixation du calcium, est systématiquement prescrite par le pédiatre ou le médecin traitant. C’est nécessaire car les laits infantiles contiennent peu de vitamine D, contrairement à ce qui se passe dans les pays anglo-saxons, où ces laits sont enrichis.

 Afin que plus de 97 % de la population ne souffre pas de carence en vitamine D, les apports oraux recommandés sont les suivants :

·          400 UI par jour chez les nourrissons

·          600 UI par jour chez les enfants et les adultes

·          1000 UI par jour pour les adultes

 

 Fluor, une supplémentation chez certains enfants seulement

La supplémentation en fluor ne doit plus être prescrite aux enfants de moins de six mois, car actuellement, on considère qu’il est en effet inutile de supplémenter un bébé qui n’a pas de dents…

Au-delà de six mois, âge habituel de la première poussée dentaire, la prescription de fluor, un oligoélément qui se fixe sur l’émail des dents et prévient l’apparition des caries, dépend du profil de l’enfant. Cette supplémentation de s’impose que chez les enfants exposés à un risque important de carie, notamment ceux présentant également une carence en vitamine D.

 

La vitamine K, prescrite aux bébés nourris au sein

La vitamine K est un composant essentiel de la coagulation correcte du sang.

Le bébé, à sa naissance, possède un faible niveau de vitamine K.

Le corps du nouveau- né est différent de celui d’un adulte, il n’a pas encore commencé à recevoir la vitamine des bactéries fabriquées par l’intestin, il n’a pas de réserve dans le foie comme l’adulte. Jusqu'à la naissance le fœtus se basait sur l’apport de vitamines du sang du cordon ombilical mais le niveau de vitamine dans le sang du cordon ombilical est très faible.

Même au cours des premières semaines de sa vie, alors qu’il est nourrit par le lait maternel, le niveau de vitamine faible peut causer un manque dans cette vitamine essentielle.

Le fer, dans certains cas

Une adolescente réglée peut être carencée en fer. De même qu’en enfant ne mangeant pas assez de viande. Mais attention, le surdosage en fer est toxique.

 

Une alimentation déséquilibrée peut générer des déficiences

Certains estiment que les enfants ne s’alimentent pas de façon équilibrée et souffrent par conséquent de carences en vitamines, minéraux et acides gras essentiels. Les arguments sont que notre alimentation s’appauvrit en vitamines et minéraux par les transformations qu’elle subit. Ensuite, les enfants ont souvent plus d’attirance pour les produits peu intéressants sur le plan nutritionnel (sucreries, pizzas, céréales raffinées, …) que pour les aliments naturellement riches en micronutriments (fruits et légumes, poissons gras, céréales complètes...). Enfin, ils sont de plus en plus soumis au stress, qui génère des manques, notamment en magnésium. 

 

D’autres ne partagent pas cette opinion et estiment que seuls les enfants soumis à certains régimes (végétarien, végétalien, sans produits laitiers …) peuvent souffrir de carences nutritionnelles dommageables.

 

Les diététiciens pensent qu’il peut être intéressant de donner des compléments alimentaires aux enfants, mais en les sélectionnant. La flore intestinale peut être renforcée à tout âge par des probiotiques. On peut également donner certains compléments à base de vitamines et de minéraux ou de plantes quand l’enfant paraît fatigué, peine à se concentrer ou à dormir, attrape tous les virus…

 

Mais il faut impérativement demander l’avis d’un professionnel de la santé avant de supplémenter un enfant. Certains surdosages peuvent avoir de graves conséquences sur la santé.