Des remèdes naturels prometteurs pour renforcer votre système immunitaire

Mélisse officinale
La mélisse officinale est particulièrement efficace pour stimuler le système immunitaire. On a démontré que ses composés chimiques paralysent les virus, réduisent l’inflammation et diminuent les problèmes gastro-intestinaux. La recherche a révélé que les composés actifs de la mélisse inhibent le virus de l’herpès de type 1, ou herpès labial, et de l’herpès de type 2, ou herpès génital. Des études ont montré qu’en application topique, la mélisse accélère la cicatrisation des lésions herpétiques et allonge les périodes de rémission.
Contre-indications de la mélisse officinale :
La mélisse peut causer une fatigue intense, surtout si elle est associée à un sédatif. N’en prenez pas par voie orale si vous souffrez de troubles de la thyroïde.

Chardon Marie
Les graines du chardon Marie sont utilisées depuis des siècles comme tonique du foie. Leur principal élément actif, la silymarine, permet, dit-on, de lutter avec succès contre les effets de l’alcool, des métaux lourds, des drogues, des solvants, des pesticides et autres toxines en stabilisant la membrane externe des cellules du foie. En Europe, les urgentologues donnent un dérivé du Chardon Marie aux gens qui ont accidentellement mangé de l’amanite phalloïde, un champignon mortel. Des essais cliniques montrent que la silymarine stimule la réponse immunitaire. Elle protège aussi le foie contre les dangereux sous-produits de la détoxification en aidant les cellules hépatiques à se régénérer après avoir été attaquées. 
Contre-indications du chardon Marie :
Le chardon Marie peut parfois avoir un effet légèrement laxatif.

Réglisse
La glycyrrhizine, élément actif de la réglisse, augmente les taux d’interféron, inhibe certains virus, réduit l’inflammation et agit comme antitussif.
Il semblerait que la glycyrrhizine pourrait inhiber la formation de « cellules géantes, » signe chez les séropositifs que l’infection se mue en sida actif. Elle pourrait aussi arrêter la grippe ; des souris à qui on a injecté des doses mortelles du virus de la grippe ont survécu grâce à la glycyrrhizine.
Contre-indications de la réglisse :
En cas d’affection rénale ou hépatique ou d’hypertension, il ne faut pas utiliser la réglisse.

Sureau
Les antioxydants lui donnent ses propriétés antivirales. Chez les personnes qui souffrent du rhume ou de la grippe, le sureau peut apaiser le mal de gorge et favorise la fièvre – signe de réponse immunitaire. En éprouvette, un extrait normalisé de sureau a inhibé des virus de la grippe. Lorsque des chercheurs ont donné à 27 personnes souffrant de grippe soit un extrait de sureau, soit un placebo, 93 p. 100 du premier groupe ont pris du mieux après deux jours contre seulement 25 p. 100 chez les patients qui avaient pris un placebo.

Huile de graines de bourrache
Selon des recherches récentes, les graines de bourrache sont une source d’acide gamma linolénique (AGL), un acide gras qui produit la prostaglandine E1, élément chimique naturel contre l’inflammation. L’AGL retarde l’extension tumorale en inhibant la croissance des vaisseaux sanguins.
Une petite étude britannique sur des femmes souffrant de cancer du sein a montré qu’un cocktail d’AGL (aussi présent dans l’huile d’onagre) associé à un anticancéreux, le tamoxifène, accélérait l’effet de la médication. De fortes doses d’AGL peuvent aider à soigner la polyarthrite rhumatoïde, surtout si on les associe à un traitement classique.
Contre-indications de l’huile de graines de bourrache :
On utilise seulement les graines ; les feuilles renferment des alcaloïdes qui peuvent endommager le foie.

Berbéris
Selon la recherche, la berbérine ralentirait la croissance anormale des cellules et aiderait ainsi à réduire l’inflammation. Quand 443 personnes souffrant de psoriasis ont utilisé un onguent de mahonia à feuilles de houx pendant 12 semaines, l’état de 74 p. 100 d’entre eux s’est amélioré. Historiquement, le berbéris (épine-vinette et espèces voisines) a servi à soigner des troubles de la peau et à purifier le sang de ses toxines. Il renferme de la berbérine, antimicrobien qui combat bactéries, levures, champignons et protozoaires, surtout ceux qui causent le choléra. Enfin, cette plante est particulièrement reconnue pour vivifier et stimuler le système immunitaire.
Contre-indications du berberis :
Femmes enceintes : n’en prenez pas par voie orale ; la plante peut déclencher des contractions.

Nous ne pouvons que vous conseiller de vous adresser à un professionnel de la santé avant tout traitement à base de plantes, afin de déterminer le traitement qui vous conviendra le mieux et d’analyser les effets secondaires et interactions médicamenteuses.